En tête-à-tête avec Mickaël Marin, directeur du Festival international du film d’animation d’Annecy

par Administrateur le 14 juin 2021 à 11h02
© Gilles Piel
 
Rendez-vous mondial de l’animation du 14 au 19 juin, le Festival d’Annecy opte cette année pour un format hybride. Après avoir pris la voie numérique en 2020, cet événement se déroule à la fois sur place et en ligne pour renouer avec le grand écran et l’atmosphère unique des salles obscures. Zoom sur cette 45e édition avec Mickaël Marin, directeur de Citia.
 
 
Le Festival international du film d’animation d’Annecy célèbre son 60e anniversaire (avec 1 an de retard). Quel est le programme des festivités ?
 
60 ans, ça se fête sur tous les écrans, petits ou grands ! À cette occasion, nous présentons des programmes spéciaux rétrospectifs. Ainsi, nous pouvons voir ou revoir des films qui ont compté dans l’histoire du Festival. Nous organisons également une soirée dédiée à l’anniversaire. Nous aurions aimé faire les choses différemment, accueillir plus d’invités mais nous avons tenté de faire au mieux avec les restrictions liées à la pandémie de Covid-19. Nous accueillons de belles personnalités, certaines étaient déjà présentes lors du premier Festival ! Cette année, nous avons pour objectif de raconter l’histoire de la manifestation. Les Annéciens et les Annéciennes ont l’opportunité de retourner 60 ans en arrière grâce à un parcours urbain imaginé à partir d’images d’archives inédites qui sont disséminées aux quatre coins de la ville. Ils peuvent également se rendre dans le Village du Festival, situé au cœur du Haras d’Annecy, pour explorer la galerie de portraits d’artistes qui ont marqué le Festival de 1960 à nos jours.
 
© Annecy Festival
 
 
Le cinéma d’animation africain est mis à l’honneur pour cette 45e édition. Expliquez-nous ce choix.
 
Depuis une dizaine d’années, nous accompagnons des talents et des structures sur le territoire africain grâce à différents réseaux (Institut Français, ambassades, attachés audiovisuels…). Le cinéma d’animation se développe très rapidement en Afrique. En 2017, Emmanuel Macron a annoncé vouloir organiser une saison culturelle pour célébrer la création africaine contemporaine. Son choix ne s’est pas porté sur un pays, mais sur tout un continent. Nous avons été labellisés « Saison Africa 2020 » par l’Institut Français. Cela nous a permis de donner un coup de projecteur sur nos actions mais aussi sur des artistes et des organisations qui jouent un rôle important dans le développement du cinéma d’animation. Quel que soit le pays, il existe une vraie dynamique pour cette catégorie de films et notre objectif est de la saluer et de l’encourager pour que, dans les années à venir, nous ayons de plus en plus de films issus du continent.
 
 
 
Le Festival a dévoilé son programme en mai. Comment s’est déroulée la sélection ?
 
Nous avons quasiment reçu le même nombre de films qu’en 2019 et 2020, des années record ! Nous en avons sélectionné un peu plus de 200 sur 3 000. Cette édition est un très bon cru. Nous avons une belle représentation française, des longs-métrages d’une qualité exceptionnelle, des avant-premières très attendues… Les films s’adressent aux familles, aux enfants et de plus en plus aux adultes avec des sujets directement inspirés de notre société. Dans la sélection officielle, nous avons de nombreux films qui parlent de la guerre et des réfugiés. Ces dernières années, nous n’avons pas rencontré de problèmes de contenus, bien au contraire ! Nous avons dû étudier toutes les propositions et faire les meilleurs choix possibles. Le cinéma d’animation explose et se développe sur tous les continents : il a un bel avenir devant lui et nous sommes fiers d’y contribuer depuis 1960.
 
A édition exceptionnelle, jury exceptionnel ?
 
Nous sommes très fiers de notre jury. Paritaire et particulièrement bien équilibré, il est composé de grands noms du cinéma d’animation tels que Serge Bromberg et Rémi Chayé. Nous sommes ravis qu’ils aient accepté de participer à l’événement car la situation reste délicate en période de crise sanitaire. Nous allons vivre des moments très forts durant la manifestation car ce sont de véritables retrouvailles !
 
Avez-vous remarqué un engouement décuplé pour l’édition 2021 ?
 
Tout le monde est présent pour cette édition hybride, que ce soit sur place ou en ligne : les studios, les sociétés, les artistes, les professionnels… Les personnes qui viennent à Annecy sont très heureuses de se retrouver car elles ne sont parfois pas revues depuis mars 2019. Certaines viennent depuis 5, 10, 20 ou 30 ans. Le FIFA, c’est leur deuxième maison. L’année dernière, nous n’avons pas eu d’autres choix que d’annuler le festival physiquement et de réfléchir à un autre format. C’était soit en ligne, soit rien ! En deux mois, nous avons réussi à créer une édition 100 % numérique avec plus de 15.000 accrédités. Les artistes et les professionnels ont été très reconnaissants de notre travail. Car, une sélection à Annecy, cela change une carrière personnelle mais aussi celle d’un film. Les nombreuses réactions en ligne nous ont mis du baume au cœur et donné l’envie de continuer à innover.
 
Un événement tourné à la fois vers le passé et l’avenir ?
 
En 60 ans, il n’a pas toujours été simple d’installer le Festival à Annecy. Il y a eu différents épisodes qui ont renforcé année après année le Festival pour en faire aujourd’hui la première manifestation au monde pour le film d’animation. Même si nous savions que son format serait hybride, cette dernière édition a été très difficile à mettre en place car nous avons navigué dans l’incertitude de septembre à mai. Notre offre n’est pas aussi pléthorique que les années précédentes et nous n’avons pas la même affluence et présence internationale mais, nous sommes heureux que le public puisse retrouver les salles obscures, que les films puissent être projetés sur grand écran, que les professionnels puissent se rencontrer, générer et financer de nouveaux projets ! Les difficultés en 2020 et 2021 seront bientôt effacées par la joie et l’enthousiasme des participants. Cette année est symbolique. Nous nous tournons vers le passé à l’occasion du 60e anniversaire du Festival et nous proposons une édition résolument inédite en termes d’innovation technique.
 
>> Pour accéder aux contenus en ligne, rendez-vous sur la plateforme de visionnage du FIFA
Inscription Newsletter